Mon expérience

Titulaire de plusieurs diplômes universitaires et habilitée à porter le titre officiel de psychologue, j'ai une expérience variée de chercheur, d'enseignante, de psychologue  et de psychopédagogue que j'ai même approfondie à l'étranger. J'ai pendant 10 ans, enseigné la méthodologie et la psychologie à de futurs instituteurs et éducateurs comme maître-assistant dans une Haute École. J'ai préparé des élèves à l'examen d'admission et au jury central dans une école privée. J'ai animé des séminaires et des ateliers de méthodologie. Depuis 1998, je travaille comme psychologue et psychopédagogue indépendante.

Christine Allard                    



Ma formation

J'ai suivi une licence en sciences psychologiques et de l'éducation, qui correspond aujourd'hui au grade de master depuis le décret "Bologne". Je suis aussi agrégée de l'enseignement secondaire inférieur en français, de l'enseignement secondaire supérieur et de l'enseignement supérieur en psychologie et pédagogie. Comme psychologue, je me suis également spécialisée dans le domaine de la communication et j'ai approfondi mes compétences dans diverses thérapies. Je maintiens à jour mes connaissances et mets en pratique les développements scientifiques les plus récents dans le domaine des neurosciences. En tant que psychopédagogue, je me suis formée aussi en gestion mentale.

Le titre de psychologue

Selon la loi du 8 novembre 1993, le titre officiel de psychologue est réservé aux seuls détenteurs des diplômes universitaires de deuxième cycle spécialisés en psychologie qui sont enregistrés auprès de la Commission des Psychologues (COMPSY) qu'elle a établi. Celle-ci autorise le psychologue agréé à afficher le logo correspondant sur son site internet (voir coin inférieur droit de cette page). L'annuaire des psychologues agréés est consultable par internet.

La loi coordonnée relative à l'exercice des professions des soins de santé du 10 mai 2015 prévoit deux conditions pour pouvoir être psychothérapeute, c’est-à-dire de pratiquer de manière autonome des soins de santé mentale. La première sera de disposer d'un diplôme universitaire obtenu dans une faculté de psychologie ou de médecine. La seconde sera de disposer d'une formation complémentaire à la psychothérapie incluant des stages. Les modalités d’agréation des professionnels de la santé mentale actuels sont toujours en discussion. Certains professionnels qui ont suivi des formations courtes dans une ou plusieurs techniques particulières telles que l’analyse transactionnelle, la PNL, la Gestalt-thérapie, l’EMDR, la systémique, l’hypnose, la psychothérapie rogérienne, la pleine conscience ...) pour soigner certains problèmes spécifiques pourraient ne plus être autorisés à les pratiquer de manière autonome. Ils ne possèdent généralement d’ailleurs pas les connaissances de base du psychiatre ou du psychologue permettant de discerner quelle thérapie convient à chaque individu. De plus, toutes les techniques pratiquées ne sont pas reconnues scientifiquement. Il est donc prudent de demander, au préalable, à un psychiatre ou à un psychologue qu'il vous conseille avant de vous orienter vers une de ces techniques. 

Vous avez toujours le droit de demander à voir le titre de la personne consultée avant de vous engager dans n’importe quelle thérapie.

Mes collaborations

Avec l'accord des patients, il m'arrive d'établir une collaboration avec leurs médecins généralistes ou spécialistes de manière à coordonner les différentes thérapies. Si nécessaire, je peux diriger mes patients vers  des services d'aide à la jeunesse. J'interviens parfois auprès d'enseignants, des directions d'écoles ou des centres PMS. En fonction des problèmes constatés, j'oriente les personnes qui viennent me consulter vers d'autres professionnels plus spécialisés pour traiter des aspects complémentaires: logopèdes, sophrologues, kinésithérapeutes, diététiciens, psychiatres, psychanalystes, professeurs particuliers, services d'aide à la jeunesse,  etc. Je peux les conseiller à cet égard voire mettre en œuvre des thérapies conjointes.

Code de déontologie

Un psychologue doit adhérer à un code de déontologie fixé par arrêté royal. Il doit notamment respecter et défendre les droits fondamentaux des personnes : leur liberté, leurs valeurs morales, leurs convictions philosophiques et religieuses, leur dignité, leur intimité et leur autonomie. Il doit préserver la vie privée de ses patients en assurant la confidentialité de son intervention. Il n’intervient qu’avec leur consentement libre. Ces garanties doivent permettre de distinguer l'art du psychologue de certaines pratiques relevant de la magie, de croyances ou de rites divers.

Le psychologue exerce dans les limites des compétences issues de sa formation et de son expérience. Il assume ses responsabilités dans le cadre  des théories et des méthodes reconnues par la communauté scientifique. Il réactualise et développe continuellement ses connaissances. Il s’impose enfin un devoir d’honnêteté.


©2010-2018 Christine Allard